DOLIRHUME, 16 comprimés Médicament

DOLIRHUME, 16 comprimés

Dénomination commune : PARACETAMOL ET PSEUDOEPHEDRINE

Reference : 3412559

En stock

Capacité : 16 comprimés 3,20
 


Indications pour DOLIRHUME, 16 comprimés

Traitement au cours des rhumes de l'adulte et de l'adolescent de plus de 15 ans:

· des sensations de nez bouché,

· des maux de tête et/ou fièvre.


Si les symptômes persistent, consultez un médecin.

Posologie de DOLIRHUME, 16 comprimés

Voie orale.

RESERVE A L'ADULTE ET A L'ADOLESCENT DE PLUS DE 15 ANS.

1 à 2 comprimés 3 fois par jour. L'intervalle entre les prises sera au minimum de 4 heures.

Les comprimés sont à avaler tels quels avec un verre d'eau.

Ne pas dépasser 6 comprimés par jour. La posologie quotidienne maximale est de 3 g de paracétamol et 180 mg de pseudoéphédrine.

Composition de DOLIRHUME, 16 comprimés

Paracétamol 500,00 mg
Chlorhydrate de pseudoéphédrine 30,00 mg
Pour un comprimé.

Excipients :
Amidon de blé, amidon de pomme de terre, carboxyméthylamidon sodique, lactose, stéarate de magnésium.

Forme

Comprimé.

Contre-indications DOLIRHUME, 16 comprimés

Hypersensibilité à l'un des constituants du produit.

Chez l'enfant de moins de 15 ans.

En cas d'antécédents d'accident vasculaire cérébral ou de facteurs de risque susceptibles de favoriser la survenue d'accident vasculaire cérébral, en raison de l'activité sympathomimétique alpha du vasoconstricteur.

En cas d'hypertension artérielle sévère ou mal équilibrée par le traitement.

En cas d'insuffisance coronarienne sévère.

En cas de risque de glaucome par fermeture de l'angle.

En cas de risque de rétention urinaire liée à des troubles urétroprostatiques.

En cas d'antécédents de convulsions.

En cas d'insuffisance hépatocellulaire en raison de la présence de paracétamol.

En cas d'allaitement

Chez les patients présentant une allergie au blé (autre que la maladie cœliaque).

En association avec les IMAO non sélectifs en raison du risque d'hypertension paroxystique et d'hyperthermie pouvant être fatale

En association aux sympathomimétiques à action indirecte: vasoconstricteurs destinés à décongestionner le nez, qu'ils soient administrés par voie orale ou nasale [phényléphrine (alias néosynéphrine), pseudoéphédrine, éphédrine] ainsi que méthylphénidate, en raison du risque de vasoconstriction et/ou de poussées hypertensives

En association aux sympathomimétiques de type alpha: vasoconstricteurs destinés à décongestionner le nez, qu'ils soient administrés par voie orale ou nasale [étiléfrine, naphazoline, oxymétazoline, phényléphrine (alias néosynéphrine), synéphrine, tétryzoline, tuaminoheptane, tymazoline], ainsi que midodrine, en raison du risque de vasoconstriction et/ou de poussées hypertensives

L'association de deux décongestionnants est contre-indiquée, quelle que soit la voie d'administration (orale et/ou nasale): une telle association est inutile et dangereuse et correspond à un mésusage.

Précautions d'emploi pour DOLIRHUME, 16 comprimés

En raison de la présence de pseudoéphédrine
L'attention des sportifs est attirée sur le fait que la pseudoéphédrine peut induire une réaction positive des tests pratiqués lors des contrôles antidopage.

En raison de la présence de paracétamol
A utiliser avec précaution en cas de:
· poids inférieur à 50 kg,
· insuffisance hépatocellulaire légère à modérée,
· insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine 30 ml/min (voir rubrique 5.2),
· alcoolisme chronique,
· malnutrition chronique (réserves basses en glutathion hépatique),
· déshydratation.
En cas de découverte d'une hépatite virale aiguë, il convient d'arrêter le traitement.

Effets indésirables

Liés à la présence de pseudoéphédrine
Troubles cardiaques :
· Palpitations.
· Tachycardie.
· Infarctus du myocarde.

Troubles visuels
· Crise de glaucome par fermeture de l'angle.

Troubles gastro-intestinaux
· Sécheresse buccale.
· Nausées.
· Vomissements.
· Colites ischémiques.

Troubles du système nerveux
· Accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, exceptionnellement chez des patients ayant utilisé des spécialités à base de chlorhydrate de pseudoéphédrine: ces accidents vasculaires cérébraux sont apparus lors de surdosage ou de mésusage et/ou chez des patients présentant des facteurs de risques vasculaires.
· Accidents vasculaires ischémiques.
· Céphalées.
· Convulsions.

Troubles psychiatriques
· Anxiété.
· Agitation.
· Troubles du comportement.
· Hallucinations.
· Insomnie.
Une fièvre, un surdosage, une association médicamenteuse susceptible de diminuer le seuil épileptogène ou de favoriser un surdosage, ont souvent été retrouvés et semblent prédisposer à la survenue de tels effets

Troubles urinaires
· Dysurie (en particulier en cas de troubles urétroprostatiques).
· Rétention urinaire (en particulier en cas de troubles urétroprostatiques).

Troubles cutanés
· Sueurs.
· Exanthème.
· Prurit.
· Urticaire.

Troubles vasculaires
· Hypertension (poussée hypertensive).

Liés à la présence de paracétamol
· Quelques rares cas de réactions d'hypersensibilité à type de choc anaphylactique, œdème de Quincke, érythème, urticaire, rash cutané ont été rapportées. Leur survenue impose l'arrêt définitif de ce médicament et des médicaments apparentés.
· De très exceptionnels cas de thrombopénie, leucopénie et neutropénie ont été signalés.

Notice téléchargeable pour DOLIRHUME, 16 comprimés

Résumé des caractéristiques (RCP)

Retrouvez également ce produit

Vous souhaitez un conseil pour l'achat de vos médicaments, contactez-nous au 03 80 74 02 12 ou envoyez-nous un mail.

Date de mise à jour : 21 déc. 2015 14:38:38

Contacter un pharmacien Livraison offerte dès 69 € Paiement sécurisé

Retour à la page précédente