TUSSIPAX  toux sèche et d'irritation 15 comprimés Médicament

TUSSIPAX toux sèche et d'irritation 15 comprimés

Dénomination commune : Codéine, Chlorhydrate d'éthylmorphine

Reference : 3400932810574

En stock

Capacité : Boite de 15 comprimés pelliculés. 2,67
 


Description de TUSSIPAX toux sèche et d'irritation 15 comprimés

TUSSIPAX Toux sèche et d'irritation.

Boite de 15 comprimés pelliculés.

Indications pour TUSSIPAX toux sèche et d'irritation 15 comprimés

Traitement symptomatique des toux non productives gênantes.
Réservé à l'adulte.


Si les symptômes persistent, consultez un médecin.

Posologie de TUSSIPAX toux sèche et d'irritation 15 comprimés

Produit réservé à l'adulte.

Posologie usuelle :
- Chez l'adulte : 1 comprimé par prise, 3 fois par jour (espacer les prises de 6 heures).
- Chez les sujets âgés et les personnes insuffisantes hépatiques, diminuer de moitié les doses conseillées à l'adulte.

Le traitement symptomatique doit être court (quelques jours) et limité aux horaires où survient la toux. Les prises doivent être espacées de 6 heures minimum.

Du fait de la présence simultanée de deux antitussifs centraux, la codéine et l'éthylmorphine (ou codéthyline), en l'absence d'autre prise médicamenteuse apportant un antitussif central, la dose quotidienne de codéine base à ne pas dépasser est :

· 60 mg chez l'adulte,

· 0,5 mg/kg chez l'enfant de 40 à 50 kg (âgé de 12 ans à environ 15 ans).

et la dose quotidienne de chlorhydrate d'éthylmorphine (codéthyline) à ne pas dépasser est :

· 60 mg chez l'adulte,

· 0,3 mg/kg chez l'enfant de 40 à 50 kg (âgé de 12 ans à environ 15 ans).

TUSSIPAX est contre-indiqué chez les enfants de moins de 18 ans.

Composition de TUSSIPAX toux sèche et d'irritation 15 comprimés

Codéine...............................................................10 mg.
Chlorhydrate d'éthylmorphine ............................10mg.

Pour un comprimé pelliculé.

Excipients à effet notoire : saccharose, rouge cochenille A.

Autres composants : amidon de maïs, saccharose, gomme arabique, silice colloïdale anhydre, stéarate de magnésium.

Pelliculage : méthylhydroxypropylcellulose, dioxyde de titane, glycérol, laque aluminique de rouge cocheille A.

Forme

Comprimé pelliculé

Contre-indications TUSSIPAX toux sèche et d'irritation 15 comprimés

· Hypersensibilité (allergie) aux substances actives ou à l’un des excipients,

· Enfants âgés de moins de 18 ans, en raison d’un risque accru d’effets indésirables graves pouvant engager le pronostic vital,

· Patients connus comme étant des métaboliseurs ultrarapides des substrats du CYP2D6,

· Insuffisance respiratoire,

· Toux de l'asthmatique,

· Allaitement.

Ce médicament est généralement déconseillé en association avec l'alcool

Précautions d'emploi pour TUSSIPAX toux sèche et d'irritation 15 comprimés

Ce médicament contient du saccharose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au saccharose (maladie génétique rare).

Un traitement prolongé de codéine ou de codéthyline à forte dose peut conduire à un état de dépendance.

Les toux productives, qui sont un élément fondamental de la défense broncho-pulmonaire, sont à respecter.

Il est illogique d'associer un expectorant ou mucolytique à un antitussif.

Avant de prescrire un traitement antitussif, il convient de rechercher les causes de la toux qui requièrent un traitement spécifique.

Si la toux résiste à un antitussif administré à une posologie usuelle, on ne doit pas procéder à une augmentation des doses, mais à un réexamen de la situation clinique.

L'attention des sportifs sera attirée sur le fait que cette spécialité contient un principe actif pouvant induire une réaction positive des tests pratiqués lors des contrôles antidopage.

Précautions d'emploi

La prudence en cas d'hypertension intracrânienne qui pourrait être majorée lors de la prise ration de codéine.

La prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l'alcool est déconseillée pendant le traitement.

Métabolisme par le CYP2D6

La codéine est métabolisée en morphine, son métabolite actif, par le cytochrome CYP2D6 au niveau hépatique. En cas de déficit ou d’absence totale de cette enzyme, l'effet thérapeutique attendu ne sera pas obtenu. On estime que jusqu’à 7 % de la population caucasienne pourrait présenter ce déficit.

Toutefois, si le patient est un métaboliseur important ou ultrarapide, le risque de survenue d'effets secondaires liés à la toxicité des opiacés est accru, même aux doses habituellement prescrites. Chez ces patients, le métabolisme de la codéine en morphine est plus rapide, ce qui entraîne des taux sériques de morphine plus élevés.

Les symptômes d'un effet toxique des opiacés comprennent : confusion mentale, somnolence, polypnée (respiration superficielle), myosis, nausées, vomissements, constipation et perte d’appétit. Dans les cas sévères, il peut survenir une défaillance circulatoire et respiratoire, pouvant engager le pronostic vital, avec une issue fatale rapportée dans de très rares cas.


Enfants dont la fonction respiratoire est altérée

L’utilisation de la codéine n’est pas recommandée chez les enfants dont la fonction respiratoire est altérée, y compris en cas de déficit neuromusculaire, d’affections cardiaques ou respiratoires sévères, d’infections des voies aériennes supérieures ou des poumons, de polytraumatisme ou d’interventions chirurgicales lourdes. Ces facteurs peuvent aggraver les symptômes liés à la toxicité de la morphine.

Effets indésirables

Aux doses thérapeutiques, les effets indésirables de la codéine et de l’éthylmorphine sont comparables à ceux des autres opiacés, mais ils sont plus rares et modérés.

Possibilité de :

· constipation,

· somnolence,

· états vertigineux,

· nausées, vomissements.

Rarement :

· bronchospasme,

· réactions cutanées allergiques,

· dépression respiratoire.

Aux doses supra-thérapeutiques : il existe un risque de dépendance et de syndrome de sevrage à l'arrêt brutal, qui peut être observé chez l'utilisateur et chez le nouveau-né de mère intoxiquée à la codéine ou à l'éthylmorphine.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.ansm.sante.fr

Résumé des caractéristiques (RCP)

Vous souhaitez un conseil pour l'achat de vos médicaments, contactez-nous au 03 80 74 02 12 ou envoyez-nous un mail.

Date de mise à jour : 22 nov. 2016 12:00:15

Contacter un pharmacien Livraison offerte dès 69 € Paiement sécurisé

Retour à la page précédente